Un des grands principes qui anime Éric Lequertier dans la création de ses jardins est la Nature vibratoire©. En résumé la nature vibratoire est le fait de penser l’environnement afin qu’il devienne source d’équilibre et d’harmonie. Vivre « en harmonie » avec ce qui nous entoure : la terre, le ciel, la nature et l’eau. Ainsi, gérer sa vie selon l’harmonie et l’équilibre qui règnent dans la nature permet de bénéficier d’un maximum d’énergie positive dans sa vie personnelle et dans son jardin.

Le jardin aquatique correspond à un véritable besoin de retour à la nature et répond donc parfaitement à cette envie d’harmonie. Éric Lequertier, architecte paysagiste de Saint-Malo, double lauréat des victoires du Paysage, nous livre ses conseils pour créer le bassin de jardin de ses rêves pour renouer avec la nature et faire le plein d’énergie positive ! En effet, la présence de l’eau permet de se poser en douceur et aux énergies célestes de se refléter avec grandeur. L’eau apporte la vie, sa présence nous apaise et son abondance nous sécurise. L’eau en plus d’être un élément vital devient un soin santé permettant de retrouver un certain bien être.escalier

Un rêve accessible à tous

N’importe quel petit jardin, terrasse ou immense prairie peut recevoir sa note aquatique à condition bien sûr qu’elle soit adaptée. Bien souvent, l’arrivée d’un bassin de jardin marque le début d’une prise de conscience de la nature qui nous entoure. Finis les traitements à outrance (risque de pollution du bassin), bienvenu au compostage des déchets du bassin, prise en compte des petits animaux sauvages (crapauds, oiseaux, hérissons… qui nous débarrassent de certains indésirables (insectes, chenilles, limaces…) Le bassin de jardin recrée dans sa totalité un biotope qui sert de refuge à toute une faune sauvage. Quel plaisir d’observer les oiseaux boire ou se laver au bord d’un bassin, de regarder les libellules se poser sur un jonc au-dessus de l’eau… de voir le ballet aquatique des poissons nageant sous la surface.

En effet, un jardin est vivant, son évolution peut être laissée libre si l’on a bien choisi les végétaux et si l’on a été assez patient pour permettre à chaque plante de prendre sa place. Parfois le jardinier un peu pressé (nous le sommes tous, plus ou moins) a tendance à serrer un peu les espèces lorsqu’elles sont jeunes. Par la suite il faudra intervenir, transplanter, diviser les vivaces. Le jardin prendra alors un nouveau visage pour quelques saisons.

L’apport du bassin

Le bassin de jardin fait son chemin, hier réservé à une poignée de connaisseurs, aujourd’hui toutes les revues spécialisées en jardinerie ont une rubrique « jardins aquatiques », les hors-séries consacrés à ce sujet se multiplient, les produits se démocratisent (les jardineries ouvrent des rayons bassins) et les techniques se simplifient (filtres, lampe U.V., éclairage en basse tension).

Le jardin aquatique marie à la fois :

  • Le végétal, dans les abords (arbustes, vivaces de fraîcheur), la zone humide (plantes de marécages ou lacustres), le bassin (à des niveaux plus ou moins profonds avec les plantes aquatiques, joncs, typhas, nénuphars),
  • le minéral et le bois dans la décoration, l’aménagement des bords, la réalisation d’un pont, d’une cascade ou d’un ruisseau,
  • L’animal avec l’introduction de poissons rustiques.

Il fait appel aux sens avec le mouvement de l’eau, le bruit des cascades, les couleurs vives et lumineuses des poissons. De plus, un bassin bien réalisé en suivant les conseils d’un professionnel, ne demande pas plus d’entretien que la même surface de gazon à tondre et apporte en contrepartie une joie visuelle bien plus riche et intense.

L’emplacement : forme et dimension

Le bassin est réalisé pour être vu et admiré. Il doit donc être implanté près de l’habitation, près d’un centre de vie du jardin (pergola, coin barbecue) ou près d’un passage régulièrement fréquenté allée d’accès au garage, à la maison… Attention cependant car le bassin, au même titre qu’une piscine, peut présenter un risque pour les jeunes enfants de la famille. Il faut dans tous les cas rechercher à ce que toute la famille en profite au maximum.

Il faudra que la pièce d’eau soit exposée au soleil car la plupart des plantes aquatiques et de zone humide ont besoin de chaleur pour se développer. L’exposition plein soleil permet une photosynthèse maximale et une croissance optimale des plantes. En contrepartie l’eau verte peut se développer, mais ce désagrément sera facilement éliminé grâce aux appareils U.V.

De préférence, ne pas positionner le bassin sous ou, à proximité d’arbres et ce, même si l’ombrage est minimum. En effet, l’automne venu les feuilles risquent de tomber dans le bassin et donc de provoquer une pollution à court, moyen ou long terme. Les résineux sont à éviter, les aiguilles acidifient rapidement l’eau du bassin. Si malgré tout, l’emplacement envisagé se situe près de végétaux à feuillage caduc on placera, avant la chute des feuilles, un filet afin de récolter un maximum de déchets.

Il faudra enfin tenir compte de l’éventuel dénivelé du terrain. On pourra le mettre à profit pour réaliser un ruisseau, une cascade, une succession de bassins. Les terres d’excavations peuvent également permettre de réaliser un local technique adossé à une rocaille au milieu de laquelle coule un petit ruisseau alimenté par une pompe de cascade et le retour des eaux de filtration.

Les plantations

Plantes flottantes, plantes immergées : Un bassin se doit d’être un espace de calme et d’harmonie le plus proche possible de la nature. À ce titre, les plantes aquatiques sont très importantes. Il faut distinguer :

  • Les plantes de berge,
  • Les plantes de marais,
  • Les plantes immergées de zone peu profonde,
  • Les plantes immergées de zone assez profonde,
  • Les plantes immergées de zone profonde (nénuphars, lotus),
  • Les plantes oxygénantes,
  • Les plantes flottantes.

Chaque espèce a son rôle à jouer dans l’équilibre du bassin.

Les nymphéas créent une zone d’ombre au centre du bassin et sont d’importants consommateurs d’éléments nutritifs (nitrates). De plus, ces plantes disparaissent l’hiver laissant le soleil réchauffer l’eau.

Les plantes oxygénantes et les plantes flottantes ont aussi un rôle dans l’amélioration de l’oxygénation et de la qualité de l’eau (nitrates, clarté… Elles sont aussi un support de frai apprécié des poissons et servent de refuge aux alevins.

Il convient de commencer par disposer en premier les plantes de zone profonde et de remonter progressivement vers les berges. Il est conseillé de réserver environ un tiers de la surface du bassin pour la plantation.